AccueilRechercherMembresGroupesFAQS'enregistrerConnexion

 

 Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Nombre de messages : 11


MessageSujet: Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !   Sam 26 Nov - 21:12




      Nom : Dimitrostov
      Prénom : Aurora, Gabrielle.
      Surnom : Rory.
      Âge : 23 ans.
      Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
      Sang : Sang-mêlé.

      Origine : Franco-Russe.
      Emploi : Bibliothécaire (Si je conviens pour ce post, naturellement.)
      Particularité : Atteinte de schizophrénie.





Caractère :

♟Ses qualités : Gentille, généreuse, compréhensive, douce, loyale, courageuse, altruiste.
♟Ses défauts : Impulsive, rancunière, très sérieuse quand il s'agit de son travail, procrastinatrice quand il ne s'agit pas de son travail, chante faux, hypersensible, nulle pour tout ce qui concerne les potions, ne sait pas toujours qui elle est.

La danse classique qui est sa passion depuis toujours, les livres, les livres, les chocogrenouilles par dizaines, son exemplaire de "La Patisserie Magique". : Ce qu'elle aime ♟
Sa famille officielle, qu'on abîme des livres de quelque sorte qu'ils soient, utiliser la poudre de cheminette ou un balais. : Ce qu'elle n'aime pas ♟

Aurora est aussi douce qu'un soleil d'hiver. Car il faudrait en effet être aveugle pour ne pas remarquer cette douceur émanant d’Aurora, cette chaleur attirante, cette lumière délicate qu'elle est prête à offrir à quiconque le lui demanderait.
Elle agit comme un appui permanent pour ceux qu’elle considère comme ses amis. Toujours là en cas de coups durs, elle trouve la plupart du temps les mots qui réconfortent et, dans le cas contraire, elle sera quand même là pour prendre la personne en mal dans ses bras, et lui transmettre tout l’amour dont elle peut faire preuve. Loyale, elle ne révèlera jamais un secret qui lui a été confié, même sous la torture, car pour elle il n’y a rien de pire que la trahison.
En parlant d’amour, Aurora n’est jamais tombé amoureuse, en tout cas pas pour le moment. Et, ce qui est étonnant quand on connait sa nature rêveuse, elle ne recherche pas à tout prix le Prince Charmant comme beaucoup de jeunes filles de son âge. Se contentant parfaitement de ses amis proches, elle se dit que le jour où elle tombera amoureuse n’est pas encore arrivé et que, le jour où il arrivera, elle acceptera ses sentiments comme une adulte responsable. C’est du moins ce qu’elle ose se dire, ne se rendant pas compte à quel point elle se trompe, car on ne peut pas prévoir les effets de l’amour, surtout quand on a jamais été amoureux.
De nature enjouée, elle a pratiquement toujours le sourire aux lèvres et donne ainsi une bonne humeur communicative à quiconque la croisera sur son chemin.

A côté de cette nature gentille, généreuse et compréhensive, Aurora possède de nombreux défauts qu'elle ne peut réfréner, car ils sont des conséquences de sa maladie. Si elle est impulsive, c'est parce qu'elle est parfois dans l'incapacité de maîtriser ses émotions, ses réactions, mais dès le lendemain elle ira s'excuser platement auprès de la personne contre laquelle elle se sera emportée si elle est en tort. Si elle est rancunière, c'est parce que la haine qu'elle voue envers ceux qui portent son nom ne s'est toujours pas tarie, et qu'elle a tendance à reporter cette haine sur ceux qui se moquent d'elle ou des gens qu'elle apprécie. Si elle est jalouse et possessive, c'est parce qu'elle a peur qu'on l'abandonne comme l'ont fait, involontairement certes, ses parents, et cette angoisse ne quitte pas l'esprit de la jeune femme depuis des années. Et, si elle est hypersensible, c'est parce que, tout comme pour son impulsivité, elle ne sait pas contrôler ses émotions, qu'elle soit en colère, joyeuse, ou triste, ce sera toujours à l'excès.

Physique :
Aurora Dimitrostov est une jeune fille de vingt-trois ans particulièrement agréable à regarder. Mesurant un mètre soixante-cinq, la jeune fille possède une silhouette finement sculptée tout en restant tonique grâce à la danse classique, son poids ainsi stabilisé à cinquante-trois kilos. D’ailleurs, sa poitrine et ses hanches qu’elle trouve trop généreuses pour sa corpulence a toujours dérangée Aurora lors de ses séances de danse, mais également à cause du fait qu’elle attire le regard des hommes et que la jeune fille préfèrerait qu’on la regarde pour ses yeux.
En parlant de ses yeux, ce sont surement les plus jolies choses chez Aurora. Légèrement en amandes, ils sont ornés d’épais et nombreux cils noirs, faisant ressortir le chocolat clair aux reflets parfois verts, rêveur de ses iris pétillants.
Si les yeux d’Aurora sont les plus jolies atouts qu’elle possède, le plus précieux de son charme réside dans son sourire qui orne en permanence son visage. Innocent, communicatif, le sourire d’Aurora a ce don de donner de la joie à quiconque s’en voit gratifié tant il est éclatant de vie, doux, et rassurant.
Encadrant ce visage de poupée de porcelaine au petit nez légèrement en trompette, une cascade de cheveux mi-longs auburn fait ressortir le teint pâle d’Aurora.
On ne peut décrire Aurora sans parler de sa voix, son troisième meilleur atout. Faiseuse de surprise, la voix aurorale est en effet un véritable choc pour ceux qui ne connaissent pas la jeune fille. Elle possède un timbre de voix des plus doux, rendant la voix de cette dernière particulièrement agréable à écouter. Chaude, plus féminine que jamais lorsqu'elle se laisse aller au rire, la voix de la jeune bibliothécaire est un véritable baume pour le coeur, un voile de velours. A l’image de son sourire, la voix d’Aurora, preuve de toute la bonté dont elle peut faire preuve, a le don de rassurer les gens, de les mettre immédiatement en confiance.





Quelles étaient les probabilités pour que Roméo et Juliette tombent éperdument amoureux l'un de l'autre alors que tout, en particulier leurs familles, les opposaient ?
Aucune.
Et c'est pourtant arrivé.
C'est la même chose ici.
Quelles étaient les probabilités pour que Sofia Dimitrostov, grande sorcière russe issue d'une lignée de sang-pur depuis des générations et fiers de cela au point qu'ils dénigraient tous ceux qui avaient un infime rapport avec des moldus, tombe éperdument amoureuse de Nicolas Fontaine, moldu d'origine française et petit libraire perdu dans la ville de Moscou pendant un voyage d'hiver ?
Aucune.
Et c'est pourtant arrivé.
Heureux destin. Malheureuse destinée.

De cette union cachée, de ce vice prohibée, une étoile a germée. A l’insu de tous, n’appelant qu'à une vie meilleure que certains ne l'avaient et plus modeste que d'autre n'aspiraient, Aurora attendait, dans le creux des reins de sa mère où elle avait commencé a être Un là où son père s'était déversé.
Le secret ne resta pas longtemps caché, et les Dimitrostov apprirent avec colère l'infidélité à leur sang de Sofia. Cependant, ils n'ôtèrent pas tout de suite l'enfant naissant à la jeune mère : la famille se disait que, dans le cas où se serait un garçon, il pourrait à son tour transmettre le nom des Dimitrostov et par conséquent ne serait pas totalement inutile. Ils avaient une chance sur deux. Et ce ne fut pas la bonne. Aurora naquit un jour de novembre, plus fille qu'elle n'aurait dut l'être. Déçus, redoublant de colère, les Dimitrostov n'adressaient plus la parole à Sofia, et ne lui laissait en guise de toit que la cave du manoir, lui interdisant d'en sortir pour quelconque raison. S'ils avaient put, ils l'auraient reniée et mise dehors, mais qu'auraient pensés les voisins ? Alors ils préférèrent la garder cacher, en prétextant voyages, maladies et tout ce qui peut justifier une absence.
Quant à Aurora, cloîtrée avec sa mère dans la cave, elle s'épanouissait étrangement bien, une enfant sage et pleurant rarement, une perle. Sofia pour sa part, réussissait à faire le mur une fois par semaine, lors des grands repas de famille, pour aller se terrer dans une petite librairie miteuse au milieu de la ville.

En effet, sachant que sa dulcinée était enceinte, Nicolas avait décidé de s'installer en Russie pour pouvoir s'occuper également de l'enfant. De cette manière, Sofia connaissait un peu de répit et d'amour durant une nuit, alors qu'Aurora avait le privilège de voir son père.
Ce petite manège dura longtemps, pendant des années la mère et la fille vivèrent dans la petite cave, allant voir le père une fois par semaine. Pendant qu'elles étaient dans la cave, Sofia apprenait à Aurora tout ce qu'un enfant doit savoir, lire, écrire, compter, parler. Comme petit plus, elle transmis également à sa fille tout ce qu'elle connaissait de la danse classique, et ce fut dès l'âge de huit ans qu'Aurora développa cette passion qu'elle ne put alors jamais réfréner.
Cela dura longtemps. Mais pas assez au goût de Sofia et d'Aurora.

Un beau soir d'hiver, alors qu'elles sortaient du domaine pour aller rendre visite à Nicolas, elle furent trouvées sur la route par Nina, la soeur aînée de Sofia. Ni une ni deux, elle s'empressa de les ramener au manoir et les livra au chef de la famille, Dimitri, le père sans coeur et sans pitié de Sofia.
Sans plus se soucier de l'effet que cette action aurait sur une fillette de dix ans, il donna un coup de baguette désinvolte en la direction de Sofia qui se tordit de douleur, puis un autre, et encore un autre, jusqu'à que la pièce ne retentissent que de hurlements de souffrance mêlés aux rires moqueurs des Dimitrostov et de pleurs désespérés d'Aurora. Dans sa mémoire de petite fille apeurée, surgit alors les conseils que lui avaient donné sa mère et qu'elle lui répétait tous les jours depuis des années : "Un jour, ma puce, tout cela va finir. C'est évident, nous ne pouvons continuer ainsi éternellement. Et quand ils nous verront sortir, il penseront que nous voulons nous enfuir, et que nous allons tous raconter aux brigades magiques. Ils auront peur des conséquences et, pour se sentir plus fort, il me feront du mal. Et si tu ne fais pas ce que je te dis, il te ferons du mal à toi aussi. Alors écoute moi bien, Rory. Quand ce jour arrivera, quoi qu'il se passe, va-t-en. Ne t'occupes pas de moi et profites qu'ils aient l'attention occupée pour t'enfuir. Va directement chez papa, tu te souviendras tu chemin. A partir de ce jour-là, nous ne nous reverrons plus ma chérie. Non, non... Ne pleure pas, tu pleureras en temps voulu. Pour le moment nous sommes ensemble, c'est tout ce qui importe. Et même quand ils nous aurons séparés, je serais toujours près de toi, dans ton coeur, quoi que tu fasses."
Suivant les mots de sa mère, Aurora tourna les talons alors que les membres de la famille étaient occupés à passer leur haine sur leur pair, et s'enfonça dans la nuit polaire. Le froid était tel que les larmes de la fillette gelaient sur ses joues rondes et que ses doigts devinrent violets aux bout de quelques minutes. Ce fut l'hiver le plus dur de la vie d'Aurora et elle était à moitié morte lorsqu'elle s'écroula sur le palier de la librairie de son père. Restant endormie pendant trois jours, elle se réveilla avec une grosse migraine mais avait l'air assez bien rétablit. Elle se plongea dans les livres moldus pour la première fois de sa vie, tout en continuant de danser dans sa chambre.

Mais au bout de quelques semaines, Aurora commença à avoir un comportement étrange. Elle se repliait parfois des jours sur elle même sans parler à son père ni aux clients avec qui elle avait l'habitude de discuter. Certains jours elle pleurait toute la journée, rongée par un sentiment de culpabilité dont elle ignorait la cause, et seul le mot "Pardon" franchissait ses lèvres. Puis, quelques semaines plus tard, commencèrent les hallucinations. La fillette se voyait entourée de monstres sanguinolent, elle s'arrachait parfois la peau des jambes en hurlant que des insectes énormes lui grimpait dessus, elle ne se reconnaissait plus dans le miroir et pensait parfois que certaines parties de son corps ne lui appartenait pas. Mais le pire dans tout cela, étaient les hallucinations auditives. Elle entendait pendant des heures les voix des Dimitrostov lui marteler le cerveau, des voix moqueuses, cruelles, et au milieu de ces voix, une autre, plus jeune, qu'elle n'arrivait pas à identifier.
Son père, inquiet, quitta la Russie avec sa fille pour retourner en France, pensant que changer d'air ferait du bien à la fillette. Mais rien n'y fit. L'emmenant alors chez un médecin de réputation mondiale, ce dernier trancha rapidement : schizophrénie. Rare chez un enfant si jeune, car d'habitude la maladie se manifeste à partir de 15 ans, mais des évènements particuliers peuvent la déclencher précocement. A cette annonce, le père tomba de son fauteuil, désespéré et en pleurs, ne sachant que faire pour soigner sa petite princesse. Le médecin, un homme intelligent et pas stupide pour un gallion, avait bien remarqué que la fillette ne semblait pas une enfant ordinaire -en dehors de sa maladie- et donna à Nicolas l'adresse d'un "Spécialiste" en Grande Bretagne.

Prêt à tout pour aider son enfant, Nicolas s'envola donc vers ce pays et, quand il arriva à l'adresse indiquée, il se retrouva face au même médecin qu'il avait vu en France. Devant son air interloqué, il lui expliqua la situation : Il était comme Aurora, d'un parent moldu, et d'un parent sorcier. Ne pouvant décider entre ses deux parties de lui même, il avait décidé d'être médecin en France pour les moldus 3 jours par semaine, et les 3 autres il était Spécialiste à l'Hôpital de Ste Mangouste pour les sorciers.
A un peu plus de onze ans, Aurora fut donc admise à Ste Mangouste où elle suivait une thérapie magique, tout en ayant des cours de sorciers à correspondance pour ne pas prendre de retard sur les autres. Pendant ses séances de magicothérapie, Aurora appris à identifier la voix inconnue qui se manifestait à elle lors de ses crises : c'était sa propre voix. Avec du temps, elle compris qu'elle se tenait responsable de ce qui était arrivé à sa mère et cherchait à se châtier elle même. Elle le comprenait parfaitement mais lors des crises, tout lui échappait, et elle se retrouvait de nouveau prise au piège de cette culpabilité torturante. Pour se donner l'impression de maîtriser cette deuxième elle même, Aurora lui donna son deuxième prénom : Gabrielle. Car ce qui est inconnu est toujours plus effrayant, donner un nom au chose donne par ce biais à l'homme l'impression d'être plus fort.

Les années passèrent lentement, mais surement. Au fil de celles-ci, Aurora apprenait à maîtriser sa maladie, ayant parfois toujours des crises, mais elle savait qu'elle allait devoir vivre avec. C'était son fardeau. Sa punition pour n'être pas bien née.
La jeune fille devint également une personne d'une intelligence hors du commun, ayant un attrait particulier pour les livres. Voyant son engouement pour les bouquins, le personnel de St Mangouste dégota à Aurora un emploi à mi-temps chez Fleury & Bott, provoquant les larmes de joie de la jeune fille âgée alors de 16 ans. Elle y resta pendant près de quatre ans avant de se faire employer par la maison d'édition Obscurus Books au 18a, Chemin de Traverse. Puis pendant deux ans elle travailla chez la maison d'édition Dumalley Fils au 129b, Chemin de Traverse. L'année de ses 22 ans son père mourut dans un accident de voiture et, démissionnant de chez Dumalley fils pour changer d'air, elle fut employée comme assistante à la Bibliothèque de Poudlard puis, désirant affronter les démons de son passé pour mieux s'en débarrasser, la jeune femme déposa une candidature auprès de la Bibliothèque de Durmstrang.
Et il fallait bien l'avouer, la neige lui manquait.





Baguette :
Aurora possède une baguette de 22,7 cm en bois de cerisier, contenant un crin de licorne. Elle est assez rigide et particulièrement efficace pour les sorts d'attaque. Sur le manche, se trouve un petit D argenté gravé dans le bois, signe que portent toutes les baguettes ayant appartenu à un membre de la lignée des Dimitrostov.

Animal de compagnie : Une chouette rayée blanche et chocolat, nommée Nymphea et des plus fidèle.





Âge : 18 ans.
Avatar : Karen Gillan by me.
Comment avez-vous connu le forum? : J'ai Google
Présence sur le forum? : 2 jours sur 7, internat oblige, mais j'ai l'habitude et durant ses deux jours je suis très active !


Dernière édition par Aurora G. DIMITROSTOV le Dim 27 Nov - 16:20, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nombre de messages : 11


MessageSujet: Re: Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !   Dim 27 Nov - 11:49

Un premier et dernier double-post pour la bonne cause : j'ai fini ma fiche. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Anouza
Administrateur
.
avatar

Nombre de messages : 218


MessageSujet: Re: Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !   Dim 27 Nov - 19:20

Bienvenue, fiche validée, amuses toi bien ;)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nombre de messages : 11


MessageSujet: Re: Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !   Dim 27 Nov - 19:30

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.



MessageSujet: Re: Aurora Gabrielle Dimitrostov ~ Bibliothécaire. Terminée !   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
» Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]
» 03. First love, it's a hurting truth
» Une après-midi de libre n'est jamais de refus [PV : Mycroft]
» Aerin Cirth, parcours d'une bibliothécaire.
» Ce n'est que le nouveau bibliothécaire. [25 Septembre 1997]
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit