AccueilRechercherMembresGroupesFAQS'enregistrerConnexion

 

 Un verre d'hydromel aux épices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Nombre de messages : 1251


MessageSujet: Un verre d'hydromel aux épices   Ven 21 Jan - 5:14

La journée avait été longue. Les cours avaient reprit après les fêtes de fin d'année et depuis Nicolas croulait sous le travail. Entre ses cours, la gestion de l'institut et ses divers réunions au ministère, il n'avait plus une minute à lui. Il fallait bien s'y résoudre, il devait trouver un adjoint, s'il ne voulait pas finir à St-Anna, un hôpital accueillant dans sa partie public des moldus et dans l'ombre les sorciers de Bulgarie. Et cette possibilité, il y avait pensé durant une soirée qu'il avait passé avec son frère durant ces congés. Loin d'une fraternité exemplaire, ils se voyaient qu'à de rares occasions, souvent dictées par l'obligation et les remords. Après les retrouvailles types, qui se voulaient plus convaincantes année après année, les deux frères avaient discuté d'eux et de leur vie depuis leur dernière rencontre. Le directeur avait énoncé les derniers faits en rapport avec son institut et même cité la présence d'une femme dans sa vie, sans pour autant juger stratégique de dévoiler son identité. De fil en aiguille, il apprit qu'Anton comptait revenir en Bulgarie pour enseigner, si bien sur son frère et directeur était d'accord. Ce dernier l'avait vivement encouragé. A vrai dire, quelques professeurs de plus ne seraient pas de trop... La soirée s'était finit vers 23h00, heure à laquelle ils avaient l'habitude de se quitter, et ils se promirent de se revoir bientôt, si ce n'est pour officialiser son nouvel emploi. Il faut dire qu'il avait pensé à lui proposer le poste d'adjoint, étant son frère il espérait d'une part que ce dernier accepte, ne serait ce que par solidarité, mais aussi car, il le savait, l'ainé des Anouza était le plus méticuleux et méthodique des deux.

En attendant, il était seul à gérer l'institut et ce travail, de tout instant, devenait pesant. S'il voulait rattraper son retard, il sacrifierai quelques nuits de sommeil, mais cette idée ne l'emballait que trop peu. Quoiqu'il en soit, il avait partagé sa journée entre les cours, les rendez-vous et l'actualisation des dossiers, maintenant il souhaitait, ne serait ce qu'une heure ou deux, souffler un bon coup. Il avait d'abord pensé à rendre visite à Alice, mais il s'était rappelé que cette dernière était en voyage d'affaire et même s'il était capable, par le biais de la magie, de la rejoindre, il avait préféré troquer un rendez-vous en tête à tête par un verre chez Olga. Voilà bien longtemps qu'il n'y avait pas mit les pieds. Restaurant-bar très prisé des élèves de Durmstrang, l'établissement se trouvait dans l'allée principale de la bourgade. Camouflé dans sa cape à cause du vent, il poussa la lourde porte de chêne pour entrer. Un tintement de cloche l'annonça et tout en déboutonnant sa cape, il examina d'un œil curieux l'intérieur du bar. Ici, le temps ne semblait pas avoir d'impact. Depuis qu'il fréquentait la maison d'Olga, rien n'avait vraiment changé. Les tables de bois, usées par les nombreux clients qui s'y étaient installés, étaient toujours là, tout comme le portrait du fondateur de l'établissement en haut de la cheminée, au fond de la salle principale. Même les sorciers accoudés au bar donnaient l'impression d'avoir toujours été là. Sans un mot, il alla s'assoir à l'extrémité du comptoir.

- M'sieur le Directeur, heureux de vous r'voir. Dit le barman derrière le zinc avec un sourire. On peut pas dire que vous avez eu l'temps d'passer, vu les dernières histoires. Vous savez... Avec le jeune Dwan. C'est malheureux d'en arriver à c'point.

Ne voulant pas contrarier ce grand gaillard, Nicolas acquiesça d'un signe de tête. Voilà deux mois que Dwan avait été retrouvé mort dans son établissement et maintenant qu'il avait été prouvé que Dylan White a été ensorcelé, il fallait tourner la page.

- J'vous sers quoi M'sieur ? Lanca-t-il en jetant un coup d'œil derrière son épaule. J'veux pas vous presser, mais vous savez... La patronne.

- Pas de problème. J'aimerai un... Dit-il en examinant l'étale derrière l'employé. Un verre d'hydromel aux épices, s'il vous plait.

- Pas d'blème! Lança le sorcier en s'activant de servir sa boisson au professeur. V'la M'sieur!

Nicolas regarda le liquide ambré danser contre les parois du verre avant de le porter à ses lèvres. Comme ses souvenirs, le gôut du miel était prédominent face aux épices tel qu'un zeste d'orange, de la noix de muscade ou encore de la coriandre.

Alors que la cloche, indiquant un nouveau client, sonna, il remarqua non loin de lui une boite de dragées surprises de Bertie Crochu à l'intention des consommateurs. Gourmand comme pas deux, il ne pu s'empêcher d'en prendre une. Pas de chance. Sardine.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nombre de messages : 65


MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   Lun 24 Jan - 19:04

Tout va pour le mieux, dans le meilleur des mondes. C'est en effet ce que l'on aimerait ce dire, dans des temps de troubles, comme ceux qu'on est en train de vivre.

Lord Voldemort était mort, oh oui, quel bonheur. Mais la mort du Seigneur des Ténèbres ne voulait aucunement dire la mort de ses fidèles mangemorts, prêts à tout pour reprendre le pouvoir (ou le garder, qui sait?). Les Mangemorts étaient de retour, c'était sans aucun doute les sujet principal des conversations dans le monde magique, mais plus particulièrement dans le Ministère de la Magie. Plus personne n'avais réellement confiance au gouvernement actuellement mis en place. Il ne fallait pas le nier, Alice n'avais rien fait contre eux, du moins, en avait-elle envie?

C'était dans ses temps de trouble politique et humain, que Kebinus Granace, adjoint de la Ministre en poste, et Directeur du Département de la Justice Magique était toujours debout, face à toutes les critiques. Le gouvernement était de plus en plus critique, et il ne se décidait pas à le quitter. En effet, il en avais bien envie, mais ce n'était pas vraiment le moment de décider une chose pareille. Alice était en déplacement, il devait gérer les quelques affaires d'Etat obligatoires avant de se pencher sur un quelconque avenir ou situation professionnel.

En cette belle journée, Kebinus Granace quitta son manoir de bonne heure, aux alentours de 9h00, et arriva au Ministère de la Magie Bulgare quelques minutes après, grâce au centre de transplanage installé au Ministère pour ceux qui avaient un poste assez haut placé (nullement fait pour les favoriser, mais quand ces derniers ne souhaitaient pas faire face à des interviews, ils devaient directement passer par cette zone). En effet, il avait bien raison d'être passé par ici, une tonne de journaliste l'attendais pour connaitre la date précise des élections, et sans doutes, avaient-ils hâtes de changer de gouvernement.

Après être passé par cette zone, il pris le temps d'aller jusqu'à son bureau, où une centaine de bureau l'attendait pour la journée. Après avoir assisté à quelques réunions, il pris la direction du Ministère de la Magie anglais, avant de revenir peu avant l'heure du repas. Une fois de plus, au moment de partir, une tonne de journaliste l'attendait dans l'Atrium, il retourna donc à son manoir par le voie de transplanage.
Après avoir mangé, il repris la direction du Ministère, ce après quoi il décida de sortir en ville, après une journée difficile, comme toutes celles qui s'établissaient depuis l'absence d'Alice.

Quand il arriva à Pechtena, les rues se faisaient calmes, voir désertes. Plus personne n'était sorti, on avait la bête et étrange impression de se retrouver durant l'époque où Voldemort régnait en maitre sur tout le monde magique.
Granace n'avait aucune envie de manger chez lui, et le vieil homme décida d'aller directement Chez Olga, boire un verre, et peut-être manger.

L'endroit était calme, il n'y avais presque personne, presque. En effet, on voyait une personne que Granace connaissait très bien, Nicolas Anouza, le directeur de Durmstrang. La vie ne devait en aucun cas être très facile pour lui non plus, il prit donc la peine de s'assoir à ses côtés, tout en décrochant un calme et gentil :

    - Bonsoir Nicolas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.



MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   Mar 25 Jan - 22:26

On frappa à la porte.

_ Entrez.

Une jeune femme - grande, yeux bleu, cheveux coupé au carré style années 50, blonde bien sûr ; habillée comme Rita Scketter, secrétaire de profession - pénétra dans le bureau du Directeur du Département de la Sécurité Intérieur Magique, David Finmak.

_ Bonsoir Monsieur Finmak.
_Bonsoir Sophia, qui a-t-il ? J’ose espérer que ce n’est pas une nouvelle réclamation concernant l’affaire Dawn ?
_ Et bien… si Monsieur, voici le dossier.
_ Pfff, posez le là où il y a de la place. De toute façon c’est l’heure de quitter le Ministère. Vous pouvez y aller.
_ Bien Monsieur, au-revoir.
_ A demain Sophia.

La jeune femme quitta la pièce après un dernier regard au directeur, elle fronça les sourcilles en voyant son teint pâle, le pli soucieux de son front et les rides autours de ses yeux, son costume en désordre à la cravate dénouée et ça coiffure un peu confuse.

*Encore et toujours la même histoire Dawn qui me poursuit. Ces gens n’ont donc rien d’autre à faire ?*

Il posa sa plume et ferma le dossier sur lequel il travaillait puis il se dirigea vers sa bibliothèque, en chêne noir marquetée de bouleau et d’if, et dans un placard il prit un verre et une bouteille de vodka. Apres c’être servi, il but cul sec et se resservie. Une fois remis de ses émotions, il alla s’assoir dans un fauteuil avec un nouveau verre.

*Qu’est-ce que je peux bien faire ?*

Tout en buvant son verre, il laissa ses pensées vagabonder sur divers sujets, le nouveau programme de défense du Ministère, la collante Affaire Dawn, les remous gouvernementaux, les élections qui approchaient… Non satisfait des effets de l’alcool il décida d’aller boire un peu plus dans un bar. Apres quelques instants de réflexion, il choisit d’aller noyer son ennui Chez Olga, le pub le plus prisé du moment.

Il se leva en chancelant et après avoir rétablie son équilibre il opéra un transplanage douteux vers la commune de Pechtena. Par chance, il arriva en un seul morceau devant la porte du bar avant d’entrer, il prit le temps d’observer le beau bâtiment en pierre qui inspirait la confiance, aux fenêtres à croisillons et volets de bois. Quand il entra, la traditionnelle clochette tinta. Il se dirigea vers le comptoir en titubant un petit peu mais ses idées étaient encore assez claires malgré ses consommations.

_ Bonsoiiiir barman, je voudrais … j’voudrais … de la vodka. S’y ou plait …
_Bonjour, mais… c’ta dire m’sieur qu’vous êtes un peu rond, là.
_ Naaan. C’est rien. Servez-moi plutôt.
_ Si vous l’dites. Il prépara la commande et encaissa l’argent. T’nez, n’cassez pas l’verre, merci.
_ A bientôt, barmaaan.

David se saisi du verre et parcouru la salle du regard. C’est à ce moment-là qu’il reconnut deux visages familiers, assis à une même table. Parmi les sorcières et les sorciers présents, il y avait le directeur de Durmstrang et l’Adjoint de la Ministre, quel client prestigieux pour Olga. Il alla s’assoir à leur table. Bu un peu et engagea la conversation.

_ Sa..salut à vous, quoi de de neuf ? Demanda-t-il en bafouillant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Nombre de messages : 1251


MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   Sam 5 Fév - 22:49

Si vous souhaitez être seul pour boire un verre, ne venez surtout pas chez Olga. Si ce n'est pas votre cas, soyez sur de trouver bon nombres de sorciers près à engager la conversation. Loin de là l'envie de broyer du noir, Nicolas Anouza fut étonnement surpris de voir Kebinus Granace entrer dans le pub. Ce personnage, plus très jeune, imposait le respect mais c'est avant tout sa grande sagesse qui lui plaisait. Tout en souriant à ce dernier, il remarqua que son retour était loin d'égaler sa mine des bons jours. Un quelconque sujet devait le tracasser. Inutile de le questionner pour le moment, si tout comme lui il souhaitait se changer les idées en venant chez Olga, il était proscrit de parler de travail.

- Bonjour Kebinus. Dit il pour accompagné sa poignet de main. Heureux de vous voir dans des conditions... Plus acceptables.

Et c'est pour dire. Ils s'étaient vu précédemment lors de la séance exceptionnelle mise en place pour retrouver le meurtrier de Dwan, autant dire que ce n'était pas pour boire une bière-au-beurre et se ressasser des souvenirs d'enfance. Cette fois, ils avaient l'occasion de passer une bonne soirée au dépend de celles qu'ils ont surement raté.

- Vous ne buv...

Comme vous le savez maintenant, chez Olga, on est jamais seul bien longtemps. Encore une fois, cette règle était confirmée. David Finmak venait d'entrer dans le bar d'un pas hésitant ce qui laissa penser au professeur que le sang de ce dernier baignait dans l'alcool. Fait validé par sa conversation avec le barman. Son verre à la main, il vint rejoindre les deux hommes au COMPTOIR.

- Bonsoir Monsieur Finmak.
Lança-t-il au directeur du département de la sécurité intérieur avec un sourire. On dirais que vous avez commencé la soirée bien avant nous, je me trompe ?

Il avait dit cela sur le ton de la plaisanterie, bien sur. Loin de lui l'idée de froisser un membre du gouvernement, Alice lui en ferait baver si c'était le contraire. Elle savait se montrer convaincante. Très convaincante.Quoiqu'il en soit, il était arrivé à tous, un jour ou l'autre, de boire un verre de trop durant un repas et de voir la vie en rose par la suite, Finmak ne faisait donc pas exception. C'est pourquoi, en bon gentleman, il ne ferait aucune remarque sur l'état du jeune homme.

- Et bien écoutez, de mon côté pas grand chose. Commença-t-il pour répondre au directeur. La routine à reprit le dessus, et ce n'est pas plus mal. Et vous ? Quelles sont les dernières nouvelles ministères ? Les élections approchent... Nous allons peut être changer de ministre... Vous avez déjà quelques pronostics sur les candidats au poste ?

Les élections. Dans un mois, il changerait, ou pas, de ministre. Mais il faut dire que Nicolas craignait pour la suite de la vie politique d'Alice. En effet, vu ces derniers déplacements, indispensables certes, donnaient l'impression au peuple d'avoir un dirigeant fantôme et pour une réélection, ce n'était jamais bon signe, loin de là. Mais après tout, il serait là pour la soutenir jusqu'au dernier moment et puis ce n'est pas au rang qu'on fait l'homme. Tout en attendant une réponse de l'un ou l'autre homme, il but son verre. Cul sec.

- Franck ? Trois verres de vodka citron, s'il vous plait.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nombre de messages : 65


MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   Sam 5 Fév - 23:18

Les poignets de mains, Granace détestait ça plus que tout au monde. Poignets de mains et bises, rien de tels que cela pour l'énerver encore plus. Il trouvait ces formules de politesses très chiantes, mais il n'avait pas vraiment le choix depuis le temps qu'il était assez élevé dans la société.


    - Comme vous dites Nicolas plus acceptables, répondit Granace au jeune directeur de Durmstrang.
    Je dois vous avouer que j'ai de plus en plus de mal à accepter la forme des procès de nos jours, mais passons, nous sommes pas ici pour parler travail, encore moins le miens qui n'est pas des plus faciles en ce moment. Je me suis arrangé pour ne pas me faire suivre par les journalistes! Ces vautourds, ils veulent savoir où est Alice... Si au moins ils savaient que moi non plus, je ne sais pas où elle se trouve, ça arrangerait beaucoup de choses, mais ce serait la panique totale, n'est-ce pas, vous imaginez, vous, une révolution, ici? Je sens que c'est sur le point d'arriver? Les choses ne bougent pas et plus assez.


Kebinus était perdu une fois de plus dans ses pensées. C'était assez amusant de voir Kebinus Granace perdu dans ses pensées. Le pire, je pense, c'était les jours où il y avait de grands pots, genre, après les grandes réunions, les conférences. On pouvait le voir vagabonder dans toute la pièce, seulement à la recherche de quelques gâteaux. Alors que toute la salle pouvait se montrer bruyante et hostile, le seul homme qu'on pouvait voir tranquille, calme et reposé était Granace. C'était actuellement ce qu'il se passait. Nicolas tourna la tête à l'arrivée de David Finmak, cependant, Granace n'y fit même pas attention.


    - Vous savez, on croit souvent ce qu'on croit voir. C'est impressionnant d'oser penser qu'on peut imaginer qu'on croit à notre vie. Enfin, moi j'ai toujours peur quelques fois de me réveiller, et pouf, on est dans notre vie réelle, et on a encore cinq ans, sur les bancs de l'école. Et puis...


Alors qu'il était une fois de plus en train de parler tout seul, il fut coupé par l'arrivée de Finmak, arrivée bien bousculée, car en s'installant au COMPTOIR, il bouscula un peu Granace.


    - David mon garçon, bien le bonsoir, dit-il tout en gardant son regard fixé à l'horizon. Je parlais justement du fait qu'on croit à des choses. Vous croyez quoi, vous, quand vous vous saoulez dans votre bureau? Oh lala, que j'aimerais vous envoyez ma secrétaire, Gilberte, et que vous me la fassiez boire un peu, ça rendrait les journées plus marrantes!


Il venait de dire ça sur un ton presque, rêveur. Il était encore une fois perdu dans ses pensées. Nicolas devait de toute évidence avoir une pensée bien belle de ces membres du gouvernement. L'un était complètement saoul, et l'autre était perdu dans un autre monde qu'il s'était crée lui-même.


    - Les dernières nouvelles au Ministère? Ahah! On attends à ce que le gouvernement mis en place tombe! Si les élections n'étaient pas arrivées, je crois qu'il y aurait une révolte. Les gens en ont marre, et moi aussi d'ailleurs, c'est pour cela que je me présente aux élections. Et entre-nous, mon cher Nicolas, si par malchance les Bulgares ne veulent pas du piètre anglais que je suis, une place dans votre Institut serait ouverte à moi?


L'enseignement. Le second rêve de Granace. Il est très difficile d'entrer en politique et d'y sortir du jour au lendemain quand on occupe une place importante, sauf quand on se retrouve face à une défaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Nombre de messages : 1251


MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   Dim 6 Mar - 0:49

    - Une révolution ? Sérieusement, je ne pense pas. Commença-t-il pour répondre à son ainé. Il y a quelques centaines d'années, c'était encore possible, mais de nos jours... Je n'y crois pas, ou du moins plus. Nous vivont dans un monde égoïste qui prône l'individualiste. J'aimerai que ca change, mais aujourd'hui, on s'assoient sur notre confort et on refusent de voir la vérité en face. Vraiment, le jour où le peuple se lèvera de nouveau, je devrais être là pour y croire.

    Ce n'est pas ce qu'on pouvait appeler un point de vue positif. Il adorait son pays, il ferait tout pour le voir évoluer dans le bon sens, satisfaire le peuple et mettre en mouvement tous les points qui qualifierait la Bulgarie d'une bonne nation mais malheureusement peu de personne lui ressemble, c'est à y perdre toute volonté. Quoiqu'il en soit, Kebinus Granace faisait parti de cette trempe capable de tout faire changer. Sa place au sein du gouvernement la possibilité d'entreprendre ces changements, mais malheureusement l'opposition qui s'était mise en place entre lui et Alice, l'actuelle ministre, transformait le pouvoir en une entreprise faible. Il fallait que ca change, même si Alice devait perdre sa place privilégié, il le fallait.

    - David, vous semblez pâ...

    Avant même que le jeune homme termine sa phrase, le directeur du département de la sécurité intérieur disparu dans les toilettes du pub, surement dans le but de s'éviter un spectacle qui l'aurait suivit durant de nombreuses années. De ce fait, Nicolas se retrouvait désormais qu'avec Kebinus. La soirée s'annonçait donc intéressante. Kebinus n'était pas ce que le professeur qualifierait d'un bon ami, du moins pas encore.

    - Vous ? Ministre ? Ca se tient. Commença-t-il, finissant son verre. Directeur du département de la justice, adjoint, ce n'est que la suite logique des choses. Des promesses, je présume ? Les politiciens les aiment durant leur campagne. Par contre, ce qui est de les tenir... J'espère que vous serez différent. e puis, si ca ne fonctionne pas, j'ai toujours besoin de professeurs compétents. Je vous offre quelque chose?

    Sans même attendre une réponse, il commanda deux café au barman.

    - Ca semble plus raisonnable à cette heure. Dit il avec un sourire en jetant un coup d'œil aux toilettes. Évitons de tomber malade, comme notre ami Finmak.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.



MessageSujet: Re: Un verre d'hydromel aux épices   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
» Civet de lapin aux épices
» Hydromel
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Verre canette coca cola
» Un verre ça va , 3 verres bonjour les dégats ^^
Page 1 sur 1

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit